Jordanie : le projet de recherche H2020 financé par l’UE organise son premier atelier des parties prenantes pour discuter des solutions à apporter aux déplacements prolongés

14-02-2020
Jordan: EU-funded H2020 research project holds first stakeholder workshop to discuss solutions to protracted displacement
Jordan: EU-funded H2020 research project holds first stakeholder workshop to…
Copyright: TRAFIG

Le 9 février, le premier atelier interactif TRAFIG a eu lieu à Irbid, en Jordanie. Il a marqué le lancement d’une série d’événements dans les pays visés par TRAFIG. Ce premier atelier visait à examiner les options politiques viables et les bonnes pratiques et à identifier les solutions possibles aux déplacements prolongés.

Organisé par l’Université de Yarmouk en coopération avec le Centre international de Bonn pour la conversion (BICC), l’institut indépendant de recherche pour le développement CMI et le Centre international pour le développement des politiques migratoires (CIDPM), l’atelier s’est appuyé sur les résultats des recherches préliminaires du projet TRAFIG et a invité les participants à contribuer à l’analyse de ces résultats. Les résultats sont issus de plus de 100 entretiens avec des réfugiés syriens à Irbid, qui accueille environ 30 % des réfugiés urbains du pays ; à Mafraq, qui a été l’un des premiers sites de regroupement de réfugiés syriens en Jordanie ; et à Zaatari, l’un des plus grands camps de réfugiés au monde.

Au cours des discussions et des séances de travail, les participants ont soulevé des questions importantes qui seront intégrées à la prochaine phase de recherche. Il a été souligné que, pour élargir les possibilités des réfugiés syriens, la responsabilité partagée doit mener à une intensification des efforts dans le secteur de l’éducation et sur le marché du travail. Les financements devraient être davantage alignés sur les priorités nationales et une vision politique à long terme devrait être élaborée. En outre, le renfort des moyens de subsistance doit être guidé par les principes du développement et appréhendé dans un sens plus large, notamment en offrant davantage d’options de mobilité dans l’ensemble de la région et au-delà.

L’atelier a été organisé dans le cadre du projet de recherche Horizon 2020 financé par l’UE, baptisé TRAFIG (Transnational Figurations of Displacement), qui étudie les situations de déplacement de longue durée sur plusieurs sites en Asie, en Afrique et en Europe et analyse les options disponibles pour améliorer les conditions de vie des personnes déplacées.

 

Pour en savoir plus

Communiqué de presse