Performances d’un incarcéré : quand le théâtre souffle un air de liberté sur les prisons tunisiennes

08-04-2021
Rym Benarous

« Moi aussi je veux rentrer chez moi mais j’ai peur de vous ! » C’est sur ces mots lourds de sens, prononcés par de jeunes comédiens alignés sur scène et pointant du doigt le public, que s’achève la pièce « Mrawah ». Il s’agit d’un spectacle théâtral peu ordinaire, interprété par les jeunes détenus du Centre de rééducation pour mineurs délinquants d’El Mourouj et produit dans le cadre du projet « Tajalyat moudâa » (Performances d'un incarcéré), soutenu par Tfanen – Tunisie Créative, projet d’appui au renforcement du secteur culturel, financé par l’Union européenne en Tunisie.

En ce 27 mars, Journée mondiale du théâtre, le public n’est pas nombreux dans la salle du Centre culturel Messaadi. Ce sont majoritairement les familles et les amis qui sont venues assister au spectacle « Mrawah » et applaudir un fils, un frère, un neveu. Sur scène, neuf jeunes hommes, tous mineurs, incarnent leurs propres personnages. Ils racontent la réalité des jeunes des quartiers défavorisés, sans fards ni artifices. Le manque de moyens, l’absence d’un encadrement familial, l’accès aux stupéfiants, les trafics en tous genres et puis la case emprisonnement. Avec des mots simples mais sincères, les jeunes expriment leurs remords et à quel point la liberté leur manque mais aussi leurs proches, leurs amis, leurs maisons et leurs lits même s’ils ne sont pas très confortables. Une réalité amère ponctuée de notes d’innocence qui secoue. Dans le public, les rires se mêlent aux larmes. A la fin du spectacle, une standing ovation salue la prestation des jeunes. Très ému, l’un d’eux dira : « Quand on nous a applaudi, je me suis senti quelqu’un de bien. » La fierté se lit dans leurs yeux de tous ceux qui ont contribué à ce travail artistique peu ordinaire. Parmi eux, Zied Ghenania, porteur du projet « Performances d'un incarcéré » qui considère que pour lui et son équipe, c’est l’aboutissement d’un rêve collectif, fait de volonté, de patience et de nombreux sacrifices.

La culture comme échappatoire

L’idée d’introduire la culture au sein des institutions pénitentiaires et d’en faire une échappatoire à ceux qui sont privés de leur liberté a toujours habité ce professeur de théâtre. En 2016, Zied apprend que des ateliers de création artisanale sont organisés dans des prisons tunisiennes. Un ami à lui, poète et ex-détenu, lui confie également que pour les prisonniers, la culture est une précieuse bouffée d’air frais et que la demande est importante. Fort de ses convictions, Zied conçoit le projet « Performances d'un incarcéré » et reçoit, en 2017, un premier financement de Tfanen – Tunisie Créative. Piloté par l'association Roua pour la culture et les arts, le projet implique le travail soutenu d’une équipe administrative mais aussi de facilitateurs et de coachs. En 2019 et à force de persévérance, le projet prend finalement forme. Il obtient un nouveau financement de Tfanen - Tunisie Créative et est déployé dans plusieurs villes. « Le projet ‘Performances d’un incarcéré’ est le fruit d’une collaboration intense entre des personnes qui se réalisent dans le théâtre, placent l’humain et la culture au cœur du changement et se battent pour construire des ponts entre les prisons et la société. A Tfanen – Tunisie créative, nous sommes heureux de contribuer à cette dynamique tunisienne qui reconnaît la valeur des détenus, de la société civile et des institutions », affirme Damien Helly, Team Leader de l'équipe Tfanen.

Un engagement collectif

Grâce à l’engagement de tous, 21 pièces de théâtre ont été produites dans le cadre du projet « Performances d'un incarcéré », toutes jouées dans le cadre du festival "Théâtre de l'Espoir" sous la Direction Générale des Prisons et de la Rééducation (DGPR) et en partenariat avec les ministères des Affaires Culturelles et de la Justice. Durant des mois, des tandems composés de professeurs de théâtre et d’agents pénitentiaires ont animé des ateliers de théâtre ont été organisés dans 11 prisons pour hommes, 5 pour femmes et 5 centres de rééducation des mineurs délinquants. Ainsi, 118 incarcérés dont 34 jeunes ont participé à ce projet artistique. Certains ont été libérés entre temps mais ont tenu à participer aux pièces de théâtre. D’autres anciens détenus, bouquets de fleurs à la main, sont venus assister aux représentations et transmettre un message d’espoir à leurs amis : rien ne dure. Des moments volés au temps, où l’on se serait cru dans un contexte ordinaire, si ce n’étaient ces talkies-walkies et ces paires de menottes vainement dissimulées dans les poches arrière des agents pénitentiaires, rappelant qu’entre la scène et le public, il y a une fine barrière invisible qui s’appelle liberté.

Tfanen – Tunisie Créative

Tfanen – Tunisie Créative est un programme d’appui au renforcement du secteur culturel tunisien, financé par l’Union européenne dans le cadre du Programme d’Appui au Secteur de la Culture en Tunisie (PACT) du Ministère des affaires culturelles. Le projet est une collaboration du réseau EUNIC (Instituts Culturels Nationaux de l’Union Européenne), mis en œuvre par le British Council. Tfanen – Tunisie Créative a deux principaux objectifs : La promotion de la diversité culturelle tunisienne et l’accès à la culture, à l’échelon local, national et international. Le soutien de la liberté d’expression et de création notamment des jeunes générations et l’encouragement de la professionnalisation des métiers de la culture.

L’Union européenne et la culture

La culture est présente dans de nombreuses politiques de l’UE, telles que l’éducation, la recherche, la politique sociale, le développement régional et les relations extérieures. La création et la promotion de la culture dans notre monde globalisé et interactif s’appuient également sur les médias et les technologies numériques. L’UE encourage la coopération dans le domaine de la culture entre les autorités nationales et les organisations internationales. Par l’intermédiaire du programme Europe Créative, l’UE soutient les secteurs de la culture et de l’audiovisuel en Europe, en vue de créer des emplois et de favoriser la croissance, ainsi que d’ouvrir de nouvelles perspectives et d’accéder à de nouveaux marchés et publics dans le monde. La Tunisie est le seul pays sud méditerranéen à faire partie de ce programme. L’UE est également partenaire de festivals de cinéma, d’expositions, de concerts, de conférences et de prix et récompenses décernés à des artistes, dans toute l’Europe, tout au long de l’année.