Euromesco Joint Policy Study 14 – La coopération avec les institutions religieuses comme outil de politique européenne

23-08-2019
Euromesco Joint Policy Study 14 - Cooperation with Religious Institutions as a European Policy Tool
EuroMeSCo Joint Policy Study 14

Dans le voisinage européen, des phénomènes sociaux et politiques majeurs ont acquis une dimension religieuse croissante : la radicalisation – selon les mots d’Olivier Roy – s’islamise, les conflits intérieurs et entre Etats prennent un caractère sectaire, et soit les gouvernements également désirent accroitre leur contrôle sur la religion, soit l’effondrement de la gouvernance locale fait des acteurs religieux des représentants plus légitimes que le gouvernement central.

La religion refait surface dans les états membres de l’UE selon deux tendances simultanées : d’une part, une vie urbaine individualiste, atomisée qui requiert plus de spiritualité et un point de référence pour les réalités de modernité et de diversité ; et d’autre part, une polarisation sociale autour des perceptions de sécularisation et des religions, en particulier l’Islam.

L’étude prend le point de vue institutionnalisé des relations état-religion, bien que les institutions religieuses soient définies dans un sens large et englobent les religions officielles et officieuses. Cela laisse un champ en dehors des relations institutionnelles état-religion plutôt relativement restreint ou limité à des expressions individuelles de religiosité. L’institutionnalisme est considéré comme étant une politique mise en place à travers et avec les institutions. Ceci peut varier dans différents aspects : dépendance (tributaire de l’état, contrôlé par l’état, indépendant des états), taille, homogénéité, axe thématique, responsabilité, crédibilité, etc.

Les chapitres de cette étude visent à fournir un aperçu général mais en même temps des études de cas pour couvrir tous les aspects des relations état-religion en Europe et dans la région MENA : (1) les relations entre l’état et les institutions religieuses en Europe ; (2) les relations entre l’état et les institutions religieuses au Maghreb ; (3) les relations entre les institutions de différentes religions (Le Vatican et Al-Azhar) ; et (4) le rôle des institutions musulmanes dans la promotion d’une politique nationale dans un état membre de l’UE.