Déclaration de la porte-parole de l’UE sur la situation dans le centre de détention de Tajoura

12-07-2019
EU-Libya flags
EU-Libya flags
Copyright: European Commission

La libération des détenus restés dans le centre de détention de Tajoura, frappé par une attaque meurtrière le 2 juillet, est une mesure positive des autorités libyennes. Tous les réfugiés et migrants doivent être libérés de détention et bénéficier de toute l’assistance nécessaire. Dans ce contexte, nous avons appuyé la création du Centre de rassemblement et de départ (Gathering and Departure Facility – GDF) à Tripoli et dans d’autres lieux sûrs afin d’améliorer la protection des personnes dans le besoin et d’offrir des alternatives humaines au système actuel de détention.

[...] Nous appelons toutes les parties à accélérer l’évacuation humanitaire et la réinstallation de la Libye vers des pays tiers. En particulier, nous soutenons les efforts déployés par le HCR (l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés) pour réinstaller les réfugiés les plus vulnérables avec des solutions durables en dehors de la Libye, environ 4 000 personnes ayant été évacuées à ce jour. Nous travaillons également en étroite collaboration avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et l’Union africaine et ses États Membres pour poursuivre les retours volontaires assistés, ce qui vient s’ajouter aux quelque 45 000 migrants rentrés dans leur pays d’origine à ce jour. 

L’Union européenne est fermement résolue à lutter contre les trafiquants et les passeurs et à renforcer la capacité des garde-côtes libyens à sauver des vies en mer. De même, nous rappelons la nécessité de mettre en place des mécanismes garantissant la sécurité et la dignité des personnes secourues par les garde-côtes libyens, notamment en mettant fin à la détention arbitraire et en permettant aux agences des Nations Unies d’effectuer des contrôles et des enregistrements et de fournir une assistance et une protection d’urgence directes. [...] 

Le système libyen de détention des migrants doit prendre fin et la migration doit être gérée dans le plein respect des normes internationales, notamment en matière de droits de l’homme. L’Union européenne est disposée à aider les autorités libyennes à trouver des solutions pour créer des alternatives sûres et dignes à la détention, dans le plein respect des normes humanitaires internationales et des droits de l’homme.

 

Pour en savoir plus

Communiqué de presse

Délégation de l’UE en Libye - Site internet et page Facebook