Zones d’après-guerre : l’espoir d’un futur plus sûr grâce aux actions de déminage

04-09-2018
Deborah Phares

Grâce au financement de l’Union européenne, Saoud Abdel Rahman, comme tant d’autres, a bénéficié du soutien de la Fondation Free Fields (3F). 3F, partenaire libyen de Danish Demining Group, déploie ses services de déminage à la population libyenne. Le pays qui depuis quelques années vit dans la tourmente se retrouve avec de nombreux champs agricoles contaminés par des explosifs qui mettent en péril la vie d’innocents.

 

 

Propriétaire de deux fermes de 6 hectares dans la banlieue de Syrte en Libye, Saoud Abdel Rahman y habitait avec sa femme Masouda, deux de ses sept enfants et huit de ses trente-cinq petits-enfants, soit une grande partie de sa nombreuse famille. Il vivait de la culture du blé et de l'orge ainsi que de l'élevage et la vente de moutons.


Mais la guerre a bouleversé sa vie paisible car les batailles successives pour libérer la ville de Syrte des forces de Daesh ont conduit au déplacement de sa famille dans une autre ville et à la destruction et à l'incendie de leur maison ainsi que de leurs fermes.


En Février 2017 après la libération de la ville, et presque deux ans de fuite, la famille de Saoud est rentrée chez elle pour retrouver une maison détruite et des fermes incendiées. La famille a tenté de remettre sa vie sur pied et a essayé d’atteindre les zones fertiles de la ferme, mais les restes explosifs de guerre les en ont empêchés.

M. Saoud  a alors contacté d’urgence la section de communication de la Fondation Free Fields qui existe grâce à l’aide financière de l’UE. C’est au moyen du numéro d'urgence qu'il a relevé sur les panneaux routiers de l'organisation installés dans les rues principales de Syrte que cela a été possible. 3F possède deux numéros d’urgence, l’un est une ligne mobile : 00218924753909 et l’autre une ligne fixe : 00218217315052. Cette dernière est nécessaire surtout que pendant huit mois il n’existait pas d’autre réseau fonctionnel dans la région de Syrte.

 

L'équipe de neutralisation des explosifs et munitions (EOD) a réagi dans l’immédiat et s'est rendue à la ferme de M. Saoud dans la journée qui a suivi l'appel. Ses fermes et sa maison ont été complètement nettoyées des restes explosifs de guerre. Une munition non explosée d’un diamètre de 105mm y a été retirée. Le projectile utilisé par l'artillerie ou les chars contenait des explosifs et dans ce cas précis, les munitions avaient été tirées et bien qu’elles n'aient pas explosé lors de l'impact, elles restaient néanmoins dangereuses.

L’objet trouvé a été neutralisé in situ par la technique du ‘Rend Safe’. Il s'agit d'une technique de combustion qui utilise la réaction de thermite pour sécuriser et neutraliser les explosifs dangereux dans les munitions non explosés (UXO : Unexploded Ordnance) et transforme l'objet en un morceau de métal exempt d'explosif.

M. Saoud raconte: "La situation était mauvaise; nous ne pouvions pas nous déplacer librement dans la ferme, nous avions peur des restes d'explosifs. J'étais constamment préoccupé pour la sécurité de ma famille et j'avais peur qu'ils soient estropiés par des mines. Ma situation financière a également été affectée puisque je ne pouvais plus bénéficier ni de ma ferme ni de mon ranch. Je ne m'attendais pas à ce que la réponse de 3F soit aussi rapide. La ferme entière a été nettoyée en un temps record et il ne reste plus d'objets dangereux dans la zone. Maintenant ma famille et moi pouvons planter librement sans crainte pour notre sécurité. Nous avons eu beaucoup de chance que personne ne soit blessé. D’autre part, mes petits-enfants m'ont dit qu'ils avaient reçu des séances d'éducation sur le danger des mines dans leur école. Ces activités nous ont sensibilisés aux périls des restes explosifs de la guerre et à la meilleure façon de rester à l'écart des zones dangereuses. Je tiens à remercier la Fondation Free Fields pour ses efforts et j'espère qu'elle poursuivra son travail jusqu'à ce que tout Syrte soit une zone hors de danger."

 

Le travail de l’équipe des démineurs qui mettent leur vie en péril pour sauver des civils, est en effet largement apprécié par la population. Les jeunes hommes motivés dont l’âge varie de 28 à 48 ans, font un travail remarquable et depuis 2016, fort heureusement, grâce à leur professionnalisme, aucun accident du travail n’a eu lieu. Au bout d’un entrainement de quatre paliers, 1, 2, 3 et 3+, le niveau requis des opérateurs EOD - EOD étant l’acronyme de « Explosives Ordnance Disposal » - est atteint. Pour l’instant trois équipes EOD sont opérationnelles sur le terrain. Chaque équipe comporte un chef de niveau 3, deux opérateurs de niveau 2, un spécialiste paramédical et un chauffeur. L’équipe réagit aux appels de la communauté ainsi qu’aux ordres du Centre d'action contre les mines libyennes afin d’éliminer les munitions non explosées.

 

M. Saoud se rappellera pendant longtemps de l’aide de la Fondation Free Fields  qui grâce aux fonds de l’Union européenne a pu lui venir en aide. Ce financement reçu via l'instrument contribuant à la stabilité et à la paix est mis en place afin de renforcer les capacités de déminage libyennes surtout dans un futur libyen difficile à prédire.