Tashbeek stimule la compétitivité et la durabilité des opérateurs culturels jordaniens

23-08-2018
Mohammad Ben Hussein

Un projet de mise en réseau culturel soutenu par l’UE, « Tashbeek », réunit 50 artistes et opérateurs culturels sous un même toit pour renforcer leur compétitivité et leur permettre de prospérer dans un environnement de plus en plus difficile, marqué par des incertitudes politiques et économiques.

 

 

Alors que les opérateurs culturels jordaniens sont fiers du talent indéniable des artistes locaux et de leur patrimoine profondément enraciné, ils restent vulnérables au ralentissement économique et au manque d’opportunités qui entravent leur capacité à soutenir leurs entreprises.

Russol al Nasser, experte culturelle, a identifié la fragmentation du secteur culturel local comme un obstacle à sa stabilité, de par son engagement profond dans cet espace depuis plus de deux décennies. Al Nasser s’est rendu compte de l’urgence de tisser un réseau solide d’opérateurs et de les éduquer aux techniques de survie. Ce n’est pas rien dans un environnement compliqué où la culture est considérée comme un luxe en période de guerre civile, d’afflux de réfugiés, de propagation du fondamentalisme et d’augmentation de la pauvreté.

Mme al Nasser a réalisé une cartographie de la scène culturelle du nord au sud de la Jordanie afin de découvrir ses besoins les plus pressants. Ce faisant, elle a dû surmonter le scepticisme d’une société conservatrice quant à l’importance de la culture, alors que de nombreuses familles luttent pour se nourrir.

« Les problèmes que nous avons rencontrés étaient de trouver un moyen de mettre en avant l'importance de la relation de l’individu avec sa propre culture, et comment faire le lien avec la vie de la population en général. Nous voulions faire passer le message que la culture est non seulement un divertissement, mais aussi un style de vie et une source de revenus », explique Mme al Nasser.

Ainsi, le projet Tashbeek a été lancé en 2017 sous l’égide de Tajallah, grâce à un financement de l’UE dans le cadre du programme Med Culture. Le projet a été mis en œuvre en collaboration avec Ruwaq al Ordon de la ville de Salt (30 km à l’ouest d’Amman), MedeArts à Irbed et AtabetFann de Ramallah, en Cisjordanie. Il vise à « renforcer les capacités des travailleurs culturels et à créer un réseau durable et collaboratif d’individus, d’associations et d’espaces en organisant des échanges et des dialogues artistiques et culturels ».
 

 


Espace culturel de Weibdeh, un oasis de créativité


Depuis l’intérieur d’une maison vieille de 91 ans dans le district d’al Weibdeh, à l’ouest d’Amman, Mme al Nasser travaille sans relâche avec son équipe pour offrir des possibilités de renforcement des capacités et de mise en réseau à des groupes de 50 opérateurs culturels.

Située dans une ruelle de l’un des plus anciens quartiers d’Amman, la maison est construite en calcaire blanc, marque de fabrique du patrimoine architectural d’Amman, et possède une riche histoire d’activités menées sous son toit. La maison a été témoin de l’histoire d’Amman ; de son époque de petite ville jusqu’à sa transformation en une capitale animée qui accueille aujourd’hui deux millions de personnes d’origines ethniques très diverses.

Artistes et musiciens se réunissent dans cet espace unique, loin de l’agitation de la ville, pour apprendre et s’exprimer à travers la musique et l’art, échanger des points de vue et apprendre à construire leur carrière.

« Les opérateurs culturels ont un grand potentiel, mais ils manquent de compétences de base en matière de gestion de la culture. Par exemple, sur la manière de gérer leur projet culturel, qu’il s’agisse de poésie ou de musique », explique Mme al Nasser.

 « Les artistes indépendants basés hors de Amman, n’ont aucune idée des procédures à suivre. Ils n’ont aucune connaissance des lois, ni de la façon de s’enregistrer et de mettre en place les projets, sans parler de la façon de chercher des fonds et du soutien », ajoute-t-elle.

Partenaires et réussites :

Tashbeek est fier d’accorder une attention particulière aux sociétés marginalisées, notamment Jerash, Madaba, Maan et Irbid, ainsi qu’à Salt, où se trouve le centre de musique et d’art Rewaq al Urdon, qui est maintenant un point de repère dans l’une des plus anciennes villes jordaniennes.

Situé au cœur de la vieille ville de Salt, dans l’une des plus anciennes maisons de la ville, Rewaq al Urdon a lutté pour se connecter avec d’autres activistes et artistes, jusqu’à ce qu’ils se joignent à Tashbeek.

« Travailler avec Tashbeek nous a offert une occasion en or. Depuis notre partenariat, nous avons pu inviter des artistes de tout le pays, enseigner la musique aux enfants et organiser des événements musicaux pour faire revivre notre patrimoine local », déclare Belal Hiari, fondateur et directeur de Rewaq al Urdon, qui est fier que des centaines d’enfants figurent sur la liste d’attente pour participer aux prochains cours de musique.

« La culture est le canal parfait pour renforcer la résilience de la société en ces temps difficiles, relier les Jordaniens et les réfugiés, et combattre le fondamentalisme », fait remarquer M. Hiari, tout en admettant que « la route sera longue tant que les difficultés économiques et sociales représenteront toujours un défi important ».


Pendant ce temps, un groupe de jeunes artistes de Wadi Mousa, à 250 km au sud d’Amman et berceau de la ville de Petra, a créé un centre culturel, Al Seek al Thakafi, dans le cadre d’une collaboration avec Rewaq al Urdon. Le centre aide les jeunes artistes à tracer leur propre voie dans l’industrie culturelle en leur offrant un espace de créativité et de formation sur le renforcement des capacités et la gestion de projets.

Sufin Khleifat, directeur d’Al Seek al Thakafi, admet que les difficultés financières rencontrées pour créer un espace d’art ont représenté un défi majeur. Cependant, grâce à Tashbeek, les artistes, âgés de 18 à 24 ans, ont pu survivre contre vents et marées.

 « Le soutien à la culture est très important, car notre patrimoine est négligé en raison de l’introduction de la technologie, en particulier chez les jeunes. Les arts tels que la peinture, la sculpture sur pierre et la musique traditionnelle sont confrontés à des difficultés pour survivre ».

 

Soutien de Med Culture (UE) à la Jordanie


Christiane Dabdoub Nasser, chef d’équipe de Med Culture, un programme de l’UE qui soutient la culture dans la région du sud, estime que la culture devient un secteur de plus en plus important dans la région méditerranéenne en raison du potentiel qu’il représente en matière de promotion du développement social et économique. Elle estime qu’il jouera un rôle crucial dans la promotion de sociétés inclusives qui célèbrent la diversité et respectent les droits de l’homme et la liberté d’expression.

Euro Med Culture est le dernier épisode d’une série d’initiatives de l’UE visant à soutenir la culture dans le sud de la Méditerranée, après EuroMed Héritage (1998-2013), EuroMed Audiovisuel pour les arts audiovisuels (1998-2014) et, plus récemment, un programme global, Med Culture, pour la culture (2014-2019).

« Le réseautage est essentiel pour les opérateurs culturels et les artistes. Pour notre région, le réseautage est d’autant plus important en raison d’une longue tradition de marginalisation des opérateurs culturels et des artistes par les régimes répressifs et de la condamnation des sociétés répressives traditionnelles », déclare-t-elle.

Quant à Mme al Nasser, elle estime que le chemin à parcourir est long, mais limpide. Elle entend mettre en place un nouvel organisme qui pourrait englober les activités de divers opérateurs culturels, sous le nom de Kayan, reliant jusqu’à 90 acteurs et opérateurs culturels clés dans 12 villes de Jordanie. Entre-temps, les projets d’Amman, de Salt et de Petra continuent d’attirer des artistes en herbe qui tentent de graver leur nom dans les livres d’histoire de la scène culturelle jordanienne.