Concours de photographies #EU4YOUth « Shoot & Share » Manal Benani et Tarek Lezzar, deux lauréats aux talents multiples

22-11-2018
Tarek Hafid

Les deux lauréats algériens du concours Shoot & Share du projet EU Neighbours South ont plus d’une corde à leurs arcs. Manal Benani, 24 ans, qui achève des études de médecine dispose d’un véritable talent d’oratrice. Tarek Lezzar, 31 ans, grand gagnant de ce concours, est avocat, professeur à l’Ecole des beaux-arts de Constantine et photographe professionnel.

Au courant du mois d’avril 2018, le projet EU Neighbours South a lancé un concours de photographie pour les jeunes de 18 à 35 ans originaires d’Algérie, d’Égypte, de Jordanie, du Liban, de Libye, du Maroc, de Palestine et de Tunisie. Pour participer à #EU4YOUth « Shoot & Share », les jeunes devaient partager une de leurs photos illustrant comment l’Union européenne change positivement leur vie ou a un impact sur leur communauté. En Algérie, les deux vainqueurs ont parfaitement répondu aux critères de sélection. 

Porte-voix de la jeunesse

Honneur aux dames et donc à Manal Benani, qui a décroché la seconde place du concours ! Originaire de Médéa, petite ville située à 80 kilomètres à l’ouest d’Alger, Manal Benani obtient avec brio un baccalauréat scientifique en 2012 ce qui lui permet de s’inscrire à la faculté de médecine de Blida (50 km d’Alger). « Etant membre du Croissant Rouge dans ma ville d’origine, j’ai très vite ressenti le besoin de poursuivre sur la voie du volontariat une fois à la fac. J’ai donc rejoint Oxy Jeunes Blida, un groupe d’étudiants volontaires qui organise des actions de bienfaisances », explique Manal.

Très active, elle participe à des sessions de prise de parole en public et rejoint la section blidéenne de l’AISEC (Association des Intellectuels et des Étudiants en Sciences Économiques et Commerciales). En 2014, elle découvre, grâce à un membre du Croissant rouge, le programme Young Arab Voices mis en œuvre par la fondation Anna Lindh et le British Council et soutenu financièrement par l’Union européenne à hauteur de 3.3 Millions d’euros.

Créé en 2011, Young Arab Voices a la particularité de permettre à des jeunes des pays arabes d’engager des débats sur des questions de l’heure telles que la sécurité, la crise des réfugiés, le chômage des jeunes ou l’économie. Les résultats de ces « débats en action » sont ensuite soumis aux instances de l’Union européenne qui les prennent en considération dans la mise en œuvre des politiques européennes. « C’est grâce à ce programme que j’ai pu développer mes capacités en termes de plaidoyer et de débat. Ainsi, mon action a permis aux étudiants en médecine d’avoir accès au programme Erasmus », note-t-elle avec une pointe de fierté. 

La photo gagnante de Manal Benani porte sur une compilation d’images au siège de l’ONU à New-York, devant le siège du Service d’action extérieure de l’Union européenne à Bruxelles ainsi que des images d’une activité de Young Arab Voices au Mali.

Son avenir, Manal le voit tout aussi passionnant que son présent. Elle aura achevé dans quelques mois ses longues études de médecine et compte marquer une pause pour s’engager dans les rangs de l’ONG Médecins du Monde. « Je veux participer à des actions humanitaires dans d’autres pays. Je prendrai ensuite le temps de finir mes études de médecine. Je rêve de devenir radiologue ».

Zoom sur les dinandiers de Constantine

Place au vainqueur du concours Shoot & Share ! Enfant de Constantine (400 km à l’Est d’Alger), ville connue pour ses ponts suspendus, Tarek Lezzar est un véritable homme-orchestre. Titulaire de deux baccalauréats, d’un diplôme en techniques bancaires et monétaires et d’un autre en automatisme, il obtient en 2011 une licence en Sciences juridique et administrative. « J’ai suivi des études de droits dans le but d’être avocat. Mais une fois mon Certificat d’aptitude à la profession d’avocat (CAPA) en poche, j’ai préféré m’orienter vers une carrière artistique », indique-t-il. Prise de vue vidéo, montage, infographie, photographie, adaptation cinématographique… Tarek multiplie les formations.

Après des débuts comme cadreur dans des émissions télévisées, il rejoint l’Université des Sciences en communication et l’Ecole régionale des Beaux-arts de Constantine où il officie en qualité d’enseignant en photographie. « Un jour j’ai été approché par un de mes étudiants en design qui travaillait sur un projet de l’Union européenne destiné à organiser la corporation des dinandiers de la ville de Constantine. Raja Fergani, la coordinatrice locale du projet était à la recherche d’un photographe professionnel pour prendre en photos les produits réalisés par les artisans afin d’en faire un catalogue », souligne Tarek.

Lancé en 2014, le projet régional de « Développement de clusters dans les industries culturelles et créatives dans le sud de la Méditerranée », est co-financé par l’Union européenne et l’Agence italienne de coopération au développement à hauteur de 6,8 millions d’euros, et est mis en œuvre par l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI). Il vise à soutenir les dinandiers de Constantine ainsi que les bijoutiers de Batna.

C’est ainsi que débute la coopération entre des artistes d’une même ville, entre un photographe et des artisans qui perpétuent une tradition ancestrale. « Je dois reconnaitre qu’avant de prendre part à ce projet, je ne savais pas que des Constantinois maitrisaient une technique aussi complexe et unique au monde pour travailler le cuivre. Comme tout le monde, je passais dans le quartier des dinandiers sans savoir qu’ils produisaient une véritable richesse ».

Durant une année, Tarek Lezzar a pu immortaliser le travail des dinandiers en y mettant toute sa sensibilité. Ses photos ont été utilisées par la direction du projet pour réaliser le catalogue, le site internet ainsi que divers supports de communication. Et c’est avec quatre photos montrant deux générations d’artisans que le photographe a participé et remporté le premier prix au concours Shoot & Share du projet EU Neighbours South.

Tarek Lezzar est aujourd’hui infographiste pour un important groupe agroalimentaire de sa région. « Je m’engage dans une nouvelle aventure. Je dois dire que j’ai la chance d’être dans un environnement qui me permet de développer de nouveaux concepts, notamment sur le plan artistique. Il est certain que je n’hésiterai pas à participer à un autre projet de l’Union européenne si l’occasion se présente ».

A travers ce concours de photographies, qui est une initiative parmi de nombreuses autres, l’Union européenne réaffirme son intérêt pour les jeunes des pays de son entourage. Quant à la campagne #EU4YOUTH, d’autres actions sont à prévoir puisque la campagne se poursuit jusqu’en 2020.

 

Presse Locale