Route migratoire de la Méditerranée : le Parlement européen cherche des solutions à long terme

14-07-2017
UNHCR infographic
UNHCR

La commission des libertés civiles du Parlement européen a organisé le 12 juillet une audition portant sur les opérations de recherche et de sauvetage, les relations entre les différents acteurs (notamment les navires militaires européens, le personnel de Frontex et les ONG), la nécessité de lutter contre les passeurs et la coopération avec les autorités libyennes.

Pendant le débat, la plupart des députés ont défendu le travail des ONG face aux critiques selon lesquelles leur présence et leurs interventions de sauvetage encourageraient les voyages dangereux et soutiendraient même les trafiquants d’êtres humains. Cependant, certains ont affirmé qu’un code de conduite était nécessaire pour mettre de l’ordre dans les opérations de recherche et de sauvetage en mer.

Par ailleurs, de nombreux députés ont émis des doutes quant à la coopération avec la Libye, mentionnant l’instabilité politique dans le pays, le caractère non fiable des autorités et le risque élevé d’abus et de violence que rencontrent les migrants qui sont ramenés sur les côtes libyennes.

Finalement, la plupart des députés ont estimé qu’une solution à long terme était nécessaire, par le biais d’un système d’asile efficace, basé sur un partage équitable de la charge entre tous les États membres, combinés à des voies légales pour la migration vers l’UE et à une stratégie de lutte contre les causes profondes de la migration dans les pays d’origine.

Selon les données du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, entre le 1er janvier et le 30 juin, 2 253 personnes sont décédées ou ont été portées disparues en tentant de franchir la mer Méditerranée, et la quasi-totalité d’entre eux (2 171) sur la route de la Méditerranée centrale vers l’Italie.

Read more

Press release

Watch the video recording of the hearing