Annonce des lauréats du 10ème anniversaire des Prix méditerranéens du journalisme

12-12-2017
EU Neighbours South
EU Neighbours South

Les lauréats de la 10ème édition des Prix méditerranéens du journalisme ont été annoncés par S. A. R. la Princesse Rym Ali de Jordanie lors de la cérémonie internationale de remise de prix qui a eu lieu dans les locaux du Parlement européen à Bruxelles. L’événement a réuni les anciens lauréats des Prix méditerranéens du journalisme, de jeunes leaders de la région euro-med et des représentants de la société civile et d’organisations internationales.

Les lauréats de la 10ème édition des Prix méditerranéens du journalisme ont été sélectionnés lors de la réunion des membres du jury qui s’est tenue le même jour. La princesse Rym Ali a présidé le comité du jury international pour les prix 2017, composé de : Naglaa Emary, spécialiste des médias ; Gisele Khoury, présidente de la Fondation Samir Kassir ; Robert Parsons, rédacteur en chef de France 24 ; Paola Parri, secrétaire générale adjointe de la COPEAM ; Michael Thoss, Allianz of Civilization ; et Boyko Vassilev, télévision nationale bulgare.

Les lauréats de la 10ème édition du Prix méditerranéen du journalisme sont :

CATÉGORIE PRESSE : Annalisa Camilli pour « Le bateau sans nom », publié dans XXI Internazionale Magazine.

CATÉGORIE MÉDIAS EN LIGNE : Umberto Bacchi pour « Organic yogurt wins migrants’freedom from exploitation in Italy », publié dans Thomson Reuters Foundation.

CATÉGORIE RADIO ET TÉLÉVISION : Jaafar Abdul-Karim pour « Does the Arab World need a women’s rights revolution? », diffusé dans Deutch Welle.

CATÉGORIE PHOTOGRAPHIE : Darrin Zammit Lupi pour « Rescue on the Mediterranean » publié dans Reuters Wider Image.

CATÉGORIE SPÉCIALE ALUMNI : Iason Athanasiadis a été sélectionné comme lauréat du prix « spécial alumni » pour son engagement à présenter des histoires sur la pratique du dialogue interculturel à travers ses œuvres photographiques. Iason est un journaliste multimédia méditerranéen qui travaille dans plusieurs villes euro-méditerranéennes, dont Athènes, Istanbul et Tunis. Il explique principalement comment les villes portuaires autrefois cosmopolites tentent de s’adapter à l’ère du changement climatique, des migrations massives et de l’extrémisme.

La Fondation Anna Lindh pour le dialogue interculturel favorise la connaissance, le respect mutuel et le dialogue interculturel entre les populations de la région euro-méditerranéenne, au travers d'un réseau de plus de 3.000 organisations de la société civile dans 43 pays. Son budget est co-financé par l'UE (10 millions d’euros) et les États membres de l'UE (6 millions d’euros).

 

Pour en savoir plus

Communiqué de presse

Fondation Anna Lindh – site internet